Le vendredi 10 juin - Daniel PABOEUF UNITY + Gil RIOT + Pierre FABLET à L' étang moderne à Rochefort en terre
____________________________________________________

Daniel PABOEUF UNITY

Dès la fin des années 70, Daniel Paboeuf participe à l effervescence musicale rennaise au sein du Marquis de Sade, Anches doo too cool duo, puis, au début des années 80 avec Ubik, Sax Pustuls , Tohu-bohu et Le Train fantôme. Dans les années 2000, il développe une collaboration soutenue avec la Cie Vis Comica comme musicien et comédien, notamment dans le spectacle «Le Chut» Il s'implique également dans le projet de son frère Christian, Il Monstro, comme musicien et producteur exécutif. Ce sera les débuts du label Il Monstro productions. Avec Michel Aumont, il crée un duo, dont le spectacle, mis en scène par Jérome Thomas, s'appelle «Le fil».

En 2004, Daniel Paboeuf entame une collaboration avec Dominique A, avec 2 albums, «L horizon» et le live «Sur nos forces motrices», enregistrements suivis de multiples tournées jusqu en 2007. Avec les Ateliers du vent, il entame des collaborations diverses qui l' amèneront à un statut d artiste associé. Il s'intègre également au collectif de musiciens rennais Trunks (L.Shérif, S. Fromentin, R.Boulard et F. Marzano) avec lequel il enregistre 2 albums et 2 Ep suivis de nombreuses tournées, entre 2005 et 2013.

En 2008 il crée DPU (Daniel Paboeuf Unity) avec Mistress Bomb H, R.Boulard, David Euverte et sort un disque chez Harmonia mundi. En 2011 et 2012, il reprend une collaboration avec Dominique A pour l album «Les lueurs» (Victoire de la musique 2013 et Disque d or), avec qui il repart en tournée. En 2013, il enregistre avec le groupe Il Monstro, l' album «Le fantôme de l' opéra» , produit par le label Il Monstro et distribué par Muséa Records. En 2013, Pierre Fablet et Daniel Paboeuf enregistrent un LP vinyle avec Purée Dure, projet vidéo/musical avec le vidéaste Thierry Salvert qui sortira en 2014 chez Modulor.

En 2014, il participe comme musicien et comédien à un projet pluridisciplinaire avec les Ateliers du vent, avec des artistes russes, moldaves, français, «Quelles sont nos ruines» Il collabore également dans le cadre du Festival Suona Italiano, avec le musicien berlinois, Marco Brosolo, à un ciné-concert sur des films contemporains et muets. Il compose également la musique d un documentaire produit par Amo-Film sur le photographe Yves Manciet, écrit et réalisé par Miguel Sanchez Martin.


Une video sur ARTE

Une vidéo aux Trans' off 2014

Une vidéo à l'Ubu 2008

Daniel Paboeuf - saxes/vocal

Mistress Bomb H — Laptop, programmations, vocal

David Euverte — Piano Rhodes Fender, synthés

Nicolas Courret : batterie, laptop

.


____________________________________________________

Gil Riot & the Blood washed Band

Depuis son premier groupe de Rock Rennais au début des années 80, Gil Riot a promené ses guitares dans de nombreuses formations, de nombreux studios d'enregistrement, de nombreuses scènes, sur de nombreuses routes, au delà des frontières

Guitariste, chanteur, auteur, compositeur, rocker dans l'âme, après les débuts électriques (P38), le folk intimiste (Dizzy Roméo), la visite des racines européennes, de la chanson réaliste, du jazz, du swing (Casse Pipe) en passant par l'expérience de la guitare surf sur fond de musiques cinématographiques (Rio Cinéma Orchestra), la Country Outlaw et le Rockabilly (Orville Brody), Gil Riot sort en 2015 son premier opus solo Félicity Road (Beast Records) Salué par la critique, cet élégant recueil de compositions mélodiques, énergiques, nostalgiques, émouvantes, puise sa source quelque part dans les faubourgs d'une ville où chaloupe une vie nocturne, où résonnent les pas de Ry Cooder, Willy Deville, Doc Watson (...) et d'une romantique idée du Folk- Blues Américain enrichie de toutes ces expériences passées.

- Gil Riot: guitares, mandoline, harmonica, chant,

- David Max Cadoret: basse, contrebasse, chœurs

- Tonio Marinescu: batterie, percussions

- Pascal Karels Perrée: guitares, chœurs , harmonica


____________________________________________________

Pierre Fablet

Sa guitare Style O

Son bottleneck

Ses chansons à la con

Depuis plus d’un quart de siècle, il bricole des guitares avec des bidons et des chansons, en français s’il vous plaît, remplies d’humour, de swing et de distinction. Des ballades, des chansons d’amour mais surtout des standards du blues et du rock revisités dans un registre très personnel (le king bee de Slim Harpo devient littéralement « le roi des abeilles » et ça butine grave !), quelques reprises de grands classiques de Muddy Waters à Elvis ou encore de Bourvil…

Depuis 5 ans, la guitare bidon a été détrônée par la National Style O de 1933 (la même que celle de Son House ou Bukka White), la guitare à résonateur idéale pour jouer du bottleneck (ce « cou de guitare » qui sert à glisser le long des cordes) qu’il utilise sur la totalité des morceaux de Joey’s blues, un album sorti en 2015 compilant les instrumentaux composés pour le ciné-concert Le petit fugitif (lastationservice.com).



Vendredi 10 juin à 21h
Salle L'Etang Moderne à Rochefort en terre Tarif: 8€

____________________________________________________